Vietnam, le secret de la guerre

Publié le par laurent

1954 : suite à la défaite de l’armée française à Dien Bien Phu, le Vietnam est divisé en deux zones. Les communistes, emmenés Hô Chi Minh, s’octroient le Nord du pays tandis que le Sud du territoire est placé sous la tutelle d’un président installé par les Américains. Face aux assauts répétés des vietminh (ou viêtcongs) qui sont au nombre de 17 millions (la nation toute entière est mobilisée), l’armée du Sud Vietnam est rapidement débordée. Envoyant tout d’abord armes et conseillers militaires, puis menant des opérations secrètes, les Etats-Unis mettent le doigt dans l’engrenage et finissent par se résoudre à envoyer l’armée puis le contingent, le besoin de renforts se faisant toujours plus pressant sur le terrain. Progressivement, le Vietnam va devenir le lieu où se cristallisent les velléités entre USA et nations communistes.
Sillonnant le ciel du Nord Vietnam, l’aviation américaine larguera 634 000 tonnes de bombes en trois ans, soit encore plus que ce qui s’abattit sur l’Europe durant le seconde guerre mondiale. Au sol, si seulement 1 % des opérations amènent un contact avec l’ennemi, les soldats de l’oncle Sam se doivent de « faire du chiffre », autrement dit tuer le plus possible (les dirigeants militaires surveillent de près le body count) et avoir un nombre acceptable de pertes humaines par rapport à celles infligées à l’adversaire vietnamien (le killer ratio). En Amérique, l’opinion publique se lève progressivement contre la guerre après avoir eu vent d’actes de torture.



Vietnam, le secret de la guerre


stop la video et revient au menu principal

votez
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article